Depuis l'automne 2015, une formation en Sophrologie Caycédienne a démarrée en forme de cours de soir. Tous le jeudi soirs, 10 étudiants se réunissent pour étudier et pratiquer avec Christian et moi la Sophrologie pendant 3 heures à partir de 18:30. Comme formatrice je découvre une différente façon de transmettre la Sophrologie au professionnels qu'auparavant. Depuis le début de ma propre formation que j'ai commencé en 1995, les cours étaient structurés en journées. Pour l'intensité de l'apprentissage nous avons eu au début des cours pendant 4 jours de suite; nous avons commencé le jeudi matin pour finir le dimanche vers 16 heures l'après-midi. Et même le soir après le repas nous nous sommes réunis pour assister à des présentations de mémoire des étudiants qui avaient fini leur formation. Ou même de continuer de pratiquer des exercices de Sophrologie ou d'autres méthodes. C'était très intense d'être "baigné" pendant 4 jours dans la Sophrologie et de travailler sur soi continuellement. Les participants se rapprochaient naturellement et des liens fort se sont établis entre nous. La valeur sophrologique de la "groupéité" se vivait alors déjà lors du premier cycle dans le même forme, comme elle se vie encore maintenant en Andorre pendant les deux derniers cycle, le cycle radical et le cycle existentielle. Le temps change et nous nous sommes adaptés à des nouvelles demandes des participants: depuis quelques années, les cours de formation se font pendant les weekends. Au lieu de 4 jours, l'enseignement se fait pendant 2 jours. Le dynamique du groupe est différent quand les participants rentrent le soir chez eux pour se retrouver le lendemain pour continuer le travail commencé le jour d'avant. La "groupéité" change et l'intensité du développement personnelle est diluée. Mais malgré toutes les différences entre les deux formes, le processus vivantiel fait son chemin et amène vers la transformation de chaque élève. Et maintenant je découvre comme enseignante une forme encore plus "racourcie", les cours du soir, une formation qui est transmise en petits morceaux pendant 3 heures chaque semaine! Cela change ma perception et bien sûre mon enseignement de la Sophrologie. C'est comme si je devais me concentrer plus pour transmettre l'essentiel d'une façon encore plus claire et simple. Là, il ne reste pas de temps pour de longues discussions sur un thème ou de s'arrêter sur un sujet trop longtemps. La pratique me semble encore plus intense et ma concentration augmente en dirigeant un méthode en sachant que le temps est limité et que c'est tard  à la fin d'une longue journée de travail pour tous! C'est une expérience "in extremis", une expérience pourtant très enrichissante et forte. C'est un challenge de vivre avec le groupe cette nouvelle forme de cours et de transmettre mes connaissances et ma pratique sophrologique dans ce cadre temporel restreint. En tous cas: je suis très curieuse de voir les résultats et l'évolution de nos étudiants (courageux) des cours du jeudi soir!